Le Réveil Lozère 14 juin 2016 à 08h00 | Par Sandra Hartmann

« Il y a plusieurs atouts qui font la spécificité de cet abattoir »

L’abattoir et l’atelier de découpe de Saint-Chély-d’Apcher ont été remis en route. Le directeur Jacques Alvernhe en détaille le fonctionnement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Sandra Hartmann

Vous êtes le nouveau directeur, présentez-vous en quelques mots ?
Je suis aveyronnais, j’ai travaillé pour l’abattoir de Capdenac, dans la vallée du Lot, et j’ai dirigé l’abattoir de Saint-Affrique après sa reprise par la collectivité. J’ai aussi été éleveur, pratiquant la vente directe et l’accueil en milieu rural.
L’abattoir de Saint-Chély-d’Apcher fonctionne à nouveau depuis fin mai…
Abattoir et atelier de découpe sont une seule et même entreprise. C’est l’association des utilisateurs de l’abattoir qui reprend l’activité. Cette association est constituée d’une douzaine de bouchers, d’une trentaine d’éleveurs et de représentants de grandes surfaces locales. Tous sont utilisateurs. Ils s’impliquent dans un outil indispensable à leur activité. C’est un atout énorme pour l’abattoir car c’est l’ensemble de ses clients qui s’investissent. Il est rare de trouver des bouchers, des éleveurs et des grandes surfaces se serrer les coudes pour un tel projet collectif. Ils ont compris qu’ils avaient un intérêt commun, qu’il n’était pas question de concurrence. Cette prise de conscience n’est pas habituelle. C’est un des principaux points qui m’a convaincu de venir aider cet abattoir à se remettre sur les rails. Éleveurs et bouchers ont besoin de cette structure, toutes les normes et les réglementations ont été respectées. Pensez-vous que nous aurions pu ouvrir si ce n’était pas le cas ? Comme tous les abattoirs et nous allons avoir une inspection tous les mois. Reste à obtenir un agrément durable pour pérenniser l’activité en sachant que celui-ci peut être remis en cause à tout moment.
La forme associative est-elle bien adaptée à la gestion d’une entreprise comme un abattoir ?
Nous travaillons déjà au changement de statut. Dès le mois de juillet, l’association devrait se transformer en société coopérative d’intérêt collectif (Scic). Ce statut donnera une dimension territoriale à l’abattoir, dont la zone d’influence va du Cantal aux confins de la Haute-Loire. La Scic va permettre d’associer, aux côtés des initiateurs du projet, des communautés de communes, mais aussi d’autres acteurs proches de la filière viande.

La suite dans le Réveil Lozère, page 5, édition du 16 juin 2016, numéro 1364.

Pratique
■ Abattoir de Haute-Lozère, route de Chassignoles, 04 66 48 49 17 ou abattoir-haute-lozere@orange.fr.
■ Jours d’abattage : lundi (réservé aux associés) ; mercredi : bovins uniquement (rentrée des animaux le mardi de 14 h à 17 h) ; jeudi : ovins et porcs (rentrée des animaux le mercredi de 14 h à 17 h). Pour les abattages d’urgence uniquement : 07 84 10 50 73.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui