Le Réveil Lozère 25 avril 2018 à 09h00 | Par Actuagri

« Il n’y a rien de plus fort qu’un agriculteur qui parle avec son cœur et ses tripes »

Interview de Luc Smessaert, vice-président de la FNSEA.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marie-Odile Rossi

Fermes ouvertes existe depuis désormais 28 ans, quel bilan peut-on tirer de ces longues années d’existence ?
Aujourd’hui, on parle du déficit de communication de l’agriculture, et c’est quelque chose de réel. En 28 ans, Fermes ouvertes a bien grandi et près de la moitié des départements français participent à l’organisation. Environ 3 000 classes sont accueillies chaque année. La majorité de l’opération se déroule autour du 28 mai, mais il y a aussi des fermes qui font cette démarche à d’autres moments de l’année, et ce, sur tout le territoire. Parmi les objectifs que nous nous sommes fixés, et cela fait partie de mes rêves, nous aimerions que demain, il y ait 36 000 Fermes ouvertes, soit au moins une dans chaque commune française. Il faut qu’on arrive à faire le lien, dans chaque village, entre l’école et l’agriculture.

Que peuvent apprendre les écoliers lors des Fermes ouvertes ?
Le but, et c’est un sujet d’actualité, est de raconter la vraie histoire de nos exploitations. L’objectif est de faire plus qu’une simple visite, afin de casser le cliché « Martine à la ferme ». C’est un moment où l’on va apprendre, de façon ludique, tout ce que l’agriculture apporte à nos territoires. Les enfants sont aujourd’hui souvent déconnectés du lien entre le lait et la vache, du fait qu’il faut neuf mois pour récolter du blé, ou même des saisons.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1457, du 26 avril 2018, en page 2.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.