Le Réveil Lozère 28 mars 2018 à 09h00 | Par Catherine LECLEVE

IFI et décès : utilité possible d’une transmission anticipée

Le nouvel impôt sur la fortune immobilière (IFI), créé par la loi de finances 2018, concerne les contribuables dont la valeur des actifs immobiliers est supérieure à 1 300 000 €. Compte tenu du fait que l’ensemble du foyer fiscal, couples mariés, partenaires liés par un pacte civil de solidarité et personnes vivant en concubinage notoire, doit faire l’objet d’une imposition commune, le seuil peut s’avérer atteint.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

En pratique, rentrent dans l’assiette de l’IFI, à leur valeur nette au 1er janvier de l’année d’imposition, les biens immobiliers proprement dit et la fraction des parts ou actions de sociétés ou organismes représentatifs de biens ou droits immobiliers, détenus directement ou indirectement, au travers de sociétés, par le foyer fiscal. Sont donc concernées les parts de SCI, de SCPI, d’OPCI, sociétés foncières non cotées. Les titres de sociétés ou organismes ayant une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale seraient exclus sous condition. Parallèlement, il est admis en déduction de cette assiette, les dettes existantes au 1er janvier de l’année, afférentes à des dépenses d’acquisition de biens, droits, titres immobiliers, des dépenses de réparation, d’entretien, d’amélioration, de construction, reconstruction ou agrandissement et les dettes afférentes aux impositions des propriétés. Les prêts familiaux et in fine font l’objet de mesures restrictives de déduction. Par contre, l’immobilier d’entreprise, les biens exploités dans le cadre du statut de loueur en meublé professionnel et les bois, forêts, parts de GFA ou groupement foncier sont totalement exclus de l’assiette de l’IFI.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1453, du 29 mars 2018, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Nous serons dans la rue très prochainement pour dire non au matraquage des agriculteurs et pour que le gouvernement tienne ses promesses.

sur la loi Égalim, a alerté Christiane Lambert, présidente de la FNSEA le 3 décembre. Invitée sur France Info, elle a exprimé le ras-le-bol des agriculteurs face à l’agribashing.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui