Le Réveil Lozère 27 février 2018 à 16h00 | Par ED

ICHN, pas de budget mais un calendrier

Après deux comités nationaux, trois réunions techniques avec les professionnels, quatorze départements reçus et 120 simulations de carte, le ministère de l’Agriculture a enfin publié la carte des zones défavorisées simples, le 20 février.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

« Nous ne laisserons tomber personne », a martelé Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture, le 20 février, lors de la présentation de la carte des zones défavorisées simples (ZDS). Une carte très attendue et qui détermine, entre autres, la possibilité pour les agriculteurs de percevoir l’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN). Cette aide, destinée principalement à l’élevage, représenterait « 4 % des aides de la Pac (350 millions d’euros) », selon le ministre. Elle permet aussi pour les jeunes qui s’installent dans les zones à handicap de profiter d’une majoration de leur dotation et de profiter de certains avantages bancaires. Près de 60 000 bénéficiaires devraient percevoir cette aide avec le nouveau zonage contre 53 000 avec le zonage actuel. Cependant, si certains agriculteurs rentrent, d’autres sortent du système. Le ministère évoque ainsi « près de 5 100 bénéficiaires sortants ». Cependant, « il pourrait y en avoir moins », relève Sophie Delaporte, directrice de cabinet de Stéphane Travert. En effet, les calculs ont été effectués à l’aide du recensement général agricole de 2010. Et, entre-temps, le nombre d’exploitations a diminué. Les statuts juridiques ont évolué, notamment avec la multiplication des Gaec ces derniers temps*.

 

 

Suite de l'article à lire dans Réveil Lozère n°1449, du 1er mars 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.