Le Réveil Lozère 14 février 2018 à 10h00 | Par Sophie Chatenet

Happi Montana pour imaginer le Massif central de demain

Porté par le collectif Macéo, le programme Happi Montana vient d’être retenu « manifestations d’intérêt ». Une première marche vers la labélisation « investissements d’avenir ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le 25 janvier dernier, les partenaires du projet Happi Montana se sont retrouvés à Clermont-Ferrand.
Le 25 janvier dernier, les partenaires du projet Happi Montana se sont retrouvés à Clermont-Ferrand. - © Macéo

Projet soutenu par quatre-vingts partenaires du Massif central, Happi Montana ambitionne d’être un « accélérateur d’innovation et de développement pour les massifs montagneux ». Le collectif Macéo est le fer de lance du programme, actuellement soutenu par les quatre conseils régionaux du grand Massif central (Nouvelle Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie et Bourgogne Franche-Comté), et les trois grandes agglomérations (les métropoles de Clermont-Ferrand et Saint-Etienne et la communauté d’agglomération de Limoges). Tout a commencé en mai dernier, lorsque Macéo, l’association qui accompagne les projets collaboratifs et innovants du Massif central, a identifié l’opportunité pour les territoires du Massif de répondre à l’appel à projet national – PIA « Territoires d’innovation de grande ambition » (voir encadré ci-contre). En juin, les premiers partenaires ont manifesté leur intérêt de contribuer à la candidature.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1447, du 15 février 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.