Le Réveil Lozère 21 novembre 2018 à 11h00 | Par MR

Guillaume défend son « joyau »

C’est le ministre de l’Agriculture – et non celui de l’Éducation nationale – qui a présenté cette année le budget de l’enseignement agricole face au Sénat, ce que Didier Guillaume considère comme une « première », et qui peut être vu comme un signe de son attachement à ce « joyau » – selon ses termes – qui représente 35 % du budget de la rue de Varenne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

La présentation par le ministre de l’Agriculture – et non le ministre de l’Éducation nationale – du budget de l’enseignement agricole est une première, a expliqué Didier Guillaume lors de son passage le 13 novembre, devant de la commission Éducation du Sénat, dont il faisait encore partie très récemment – et dont il est encore statutairement membre, lui ont fait remarquer ses anciens homologues, avec le sourire.
Comme il l’avait annoncé lors de son discours de passation de pouvoir avec Stéphane Travert, Didier Guillaume veut marquer sa mandature d’une attention particulière à cette mission : « L’enseignement agricole est un joyau ; s’il devait être transféré dans le grand ministre de l’Éducation nationale, l’enseignement agricole pourrait y perdre son âme. » Il a d’ailleurs rappelé que cette mission représente 35 % du budget de son ministère et 80 % des fonctionnaires.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1485, du 22 novembre 2018, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Les Marchés de gros de France subissent une diminution de plus de 50 % de leur activité pour une majorité d’entre eux.

depuis le début des manifestations des « Gilets jaunes », indique dans un communiqué vendredi 7 septembre la fédération des marchés de gros de France (FMGF).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui