Le Paysan Tarnais 05 octobre 2017 à 08h00 | Par D. Monnery

Gérard Gélabert a fondu pour le dernier atelier de chaudronnerie de Durfort

La cité d’artisans réputés pour leur savoir-faire a longtemps rayonné grâce au travail du cuivre. Cette époque glorieuse est désormais révolue. Mais un dernier atelier entretient toujours la flamme et attire même les designers parisiens.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Le Paysan Tarnais

Il y en a qui craquent pour l’art contemporain. Gérard Gélabert, lui, a fondu pour le dernier atelier de chaudronnerie de Durfort. Parce que sa passion, c’est le travail. Le garagiste de Sorèze a racheté les établissements Vergnes il y a un an et leur a redonné vie après quelques années de fermeture. Cet atelier, avec son lot de matrices «unique au monde», a contribué à faire les beaux jours de la commune connue bien au-delà des limites du Tarn pour le   [...]

 

» Lire la suite sur le site Le Paysan Tarnais

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Alors que la population agricole décroît, nous avons les moyens de donner envie aux jeunes générations non issues du monde agricole de nous rejoindre pour un nouveau projet de vie en s’installant en agriculture biologique.

a déclaré Guillaume Riou, à l’occasion de sa réélection à la présidence de la fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab).