Le Réveil Lozère 21 juillet 2015 à 08h00 | Par Franck Villevieille, Chambre d'agriculture de Lozère

Génotyper ses femelles, c’est préparer l’avenir

Suite à dix ans de recherche, le génotypage permet par un prélèvement de sang où de cartilage d’oreille de lire l’ADN d’un animal pour en connaître précisément son potentiel génétique avant même que celui-ci ne s’exprime. Ce potentiel est traduit en index génétique avec une fiabilité prouvée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

Le génotypage des index ont aujourd’hui un coefficient de détermination (CD) de 0,7 correspondant à la précision des index d’un taureau ayant 60 filles en production, alors que les index sur ascendance ne disposent que d’un CD de 0,25. Le CD varie sur une échelle de 0 à 1. Plus celui-ci est proche de 1, plus l’index est une estimation fiable de la vraie valeur génétique de l’animal. Le prélèvement de cartilage est effectué par un agent agrée par l’EDE, le plus souvent par les inséminateurs ou les techniciens du contrôle laitier. Les résultats de l’analyse (index génomiques) sont transmis à l’éleveur par le laboratoire d’analyses génétiques via les entreprises de sélection - Midatest ou Umotest par exemples - et les coopératives d’insémination dans un délai de trois mois. Ils sont réactualisés automatiquement en cours d’année. Ce prélèvement peut être effectué dès le plus jeune âge de l’animal ce qui permet d’optimiser la stratégie de conduite des génisses. Le service génotypage est aujourd’hui disponible pour les trois grandes races, Montbéliarde, Prim’holstein et Normande et des travaux sont en cours pour les autres races. Grâce à sa fiabilité, le génotypage permet une sélection précoce et précise des meilleures femelles, capables de sécuriser l’avenir du troupeau.

La suite dans le Réveil Lozère, page 8, édition du 23 juillet 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui