Le Réveil Lozère 17 avril 2018 à 17h00 | Par Sophie Chatenet

GDS France : acteur de la surveillance sanitaire pour mieux lutter

Les groupements de défense sanitaire de tout l’hexagone se sont retrouvés en congrès, jeudi et vendredi dernier, à Vichy dans l’Allier. L’occasion de présenter la plateforme d’épidémio-surveillance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © SC

Quatre-vingt-sept GDS départementaux, 21 fédérations régionales, 1 200 collaborateurs et de nombreuses rencontres sur le terrain auprès des éleveurs. La fédération nationale des GDS a rassemblé ses troupes, en fin de semaine dernière, en Auvergne, dans le cadre de son congrès annuel. Pour qualifier le rôle de GDS France, son président, le cantalien, Michel Combes a repris l’image du tabouret à trois pieds, « celui-là même que nos anciens utilisaient pour la traite : on est sûr qu’il ne tombera pas même si le sol est inégal. Les trois pieds du sanitaire, ce sont les éleveurs via leur GDS, les vétérinaires et les pouvoirs publics ». Autrement dit : prévenir, surveiller et lutter de manière collective. Un trio de missions qui s’articule grâce à différents partenariats, à l’instar de la plateforme d’épidémio-surveillance mise en place en France en 2011 suite à la récurrence d’épisodes sanitaires. Le point fort de cette plateforme c’est de regrouper neuf organismes (État, professionnels, GDS de France, Coop de France, vétérinaires, laboratoires, ANSES, CIRAD, Fédération chasse et faune sauvage, et fédération des chasseurs). Sa mission : surveiller l’épidémiologie.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1456, du 19 avril 2018, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui