Le Réveil Lozère 27 février 2019 à 14h00 | Par Pierrick Bourgault

Gastronomies agricoles et fermières

Certains chefs cuisinent les véritables « produits locaux et de saison » d’une ferme qu’ils connaissent bien. Ils y trouvent matière première et inspiration.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En cuisine et en salle, la plus-value est humaine. Pour préparer, servir, expliquer les produits et les plats, le Bien élevé (photo) compte sept employés pour 70 couverts, le Bien Ficelé, sept pour 54 couverts et Garance onze pour 35 couverts.
En cuisine et en salle, la plus-value est humaine. Pour préparer, servir, expliquer les produits et les plats, le Bien élevé (photo) compte sept employés pour 70 couverts, le Bien Ficelé, sept pour 54 couverts et Garance onze pour 35 couverts. - © Pierrick Bourgault

Sur son massif des Aravis (Haute-Savoie) face au Mont-Blanc, Marc Veyrat n’hésite pas à affirmer : « Nous sommes les seuls hôteliers restaurateurs à traire nos vaches, ramasser les œufs de nos poules, récolter nos légumes, fabriquer nos charcuteries, élever nos poissons et cuire notre pain dans un four ancestral. Nous vivons à 80 % en autarcie. Je suis né paysan, autodidacte, et cuisinier paysan je resterai. » L’épure, la haute gastronomie a un prix : 295 € le menu créatif chez ce deux étoiles Michelin.
De même, Alain Passard (trois étoiles) applique son expertise à des légumes modestes : betterave, oignon, courge, topinambour… Souvent des variétés anciennes, cultivées jusqu’à parfaite maturité dans ses potagers de Fillé (Sarthe) ou Buis-sur-Damville (Eure). Les fruits viennent de son verger face au Mont-Saint-Michel (Manche). Le déjeuner est à 175 €. La famille Roellinger (Ille-et-Vilaine) possède différents jardins potagers où poussent des légumes traditionnels bretons, épices et plantes aromatiques. Un verger donne ses fruits, des ruches le miel et la pêche aussi est locale. Compter environ 100 € par personne pour leur table qui vient de recevoir sa seconde étoile.
Ces prix élevés sont dus au personnel (parfois autant de salariés que de couverts), aux préparations minutieuses, au travail d’invention et au prestige du restaurant. Paradoxalement, un étoilé est souvent peu rentable.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1499, du 28 février 2019, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui