Le Réveil Lozère 11 décembre 2019 à 12h00 | Par UC 15

Gain de place, de temps et adaptable dans l'ancien

Gain de place, commodité de distribution : depuis deux ans le Gaec Buchon Delpuech, dans le Cantal, utilise un tapis d'alimentation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le tapis d'alimentation, le choix des éleveurs du Gaec Buchon Delpuech.
Le tapis d'alimentation, le choix des éleveurs du Gaec Buchon Delpuech. - © UC15

Les associés avaient besoin de place supplémentaire pour optimiser le bâtiment sans avoir à pousser les murs : « En remplaçant la table d'alimentation, nous avons gagné une quarantaine de logettes. Plus besoin du tracteur pour distribuer la ration dans l'étable, ni d'ouverture de porte dédiée. Pas plus que de repousse fourrage », se félicitent les éleveurs.
Le tapis d'alimentation, équipé de barre au garrot, d'où liberté pour les animaux, est associé à un câble qui le déroule grâce à un moteur électrique. La ration est ainsi distribuée via la mélangeuse positionnée en bout de tapis : « En cinq minutes, c'est environ 120 vaches qui, de part et d'autre du tapis de 40 mètres de long et de 1,30 m de large, ont accès à leur nourriture distribuée matin et soir, près de sept tonnes au total. » En fin de repas, le refus repart dans le godet avant de recharger avec une nouvelle ration.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1538, du 12 décembre 2019, en page 15.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions

Dit le président de l’Apca (chambres d’agriculture), Sébastien Windsor, qui souhaite un ministre « à l’écoute ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui