Le Réveil Lozère 05 décembre 2018 à 14h00 | Par Gaëlle CARON, animatrice technique polyculture à l’ARDAB

Fumiers compostés : un levier pour la fertilité des sols

Bien valoriser sa fertilisation est un enjeu important qui a des conséquences sur le rendement des cultures et la qualité des productions. En polyculture-élevage, cela passe notamment par une réflexion sur la bonne répartition des fumiers. Mode d’emploi et témoignages d’éleveurs bio du Massif central.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Premier retournement de l’andain de fumier chez Alexis Venet.
Premier retournement de l’andain de fumier chez Alexis Venet. - © ARDAB

Il est essentiel que la composition du fumier soit propice au compost, c’est-à-dire composé d’au moins 20 à 25 % de matière sèche. Cela nécessite d’apporter au minimum 5 kg par UGB et par jour de paille au total, l’idéal étant de l’ordre de 7 kg. Le produit obtenu est compact et pailleux. Le fumier doit être stocké à l’abri afin qu’il ne soit pas humidifié par la pluie et éviter la dilution des jus. Avant la mise en andain au champ, le fumier doit être bien égoutté. En effet, la réglementation oblige à ce qu’il ne provoque pas d’écoulement. La localisation de l’andain est à réfléchir ; il est souhaitable de ne pas choisir une zone en pente et de favoriser les endroits un peu protégés du vent (haies, etc.).

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1487, du 6 décembre, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Les Marchés de gros de France subissent une diminution de plus de 50 % de leur activité pour une majorité d’entre eux.

depuis le début des manifestations des « Gilets jaunes », indique dans un communiqué vendredi 7 septembre la fédération des marchés de gros de France (FMGF).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui