Le Réveil Lozère 18 avril 2017 à 08h00 | Par Sabrina Khenfer

Formations bi-qualifiantes : « une activité peut compenser l’autre »

Alors qu’il devient toujours plus difficile de vivre de l’agriculture, plusieurs exploitants ou jeunes en formation se tournent vers la bi-qualification. L’idée ? Développer une activité annexe, dans le secteur sportif ou touristique par exemple, pour compléter leurs revenus.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’EPLEFPA envisage d’instaurer de nouveaux BP Jeps autour de son BTS Gestion et protection de la nature. Un secteur auquel s’accommodent bien des activités liées à la pêche ou à la randonnée.
L’EPLEFPA envisage d’instaurer de nouveaux BP Jeps autour de son BTS Gestion et protection de la nature. Un secteur auquel s’accommodent bien des activités liées à la pêche ou à la randonnée. - © Sabrina Khenfer

Le 22 novembre dernier, une convention visant à favoriser la bi-qualification dans l’enseignement agricole a été signée entre le ministère de l’Agriculture et le ministère de la Jeunesse et des Sports. Son but ? Former les futurs exploitants à combiner activités agricoles et encadrement d’activités sportives. Une idée qui fait son chemin depuis les années 1970 et qui trouve enfin une application en 2017.
En Lozère, toutefois, il existe déjà un enseignement agricole qui permet à ses élèves d’envisager une pluriactivité, synonyme de complément de revenus. L’EPLEFPA* propose par exemple deux BP Jeps (brevet professionnel de la jeunesse, de l’education populaire et du sport) en activités équestres et en pêche de loisir. Son directeur, Olivier Lorette, explique : « nous développons ces formations pour le compte du ministère Jeunesse et Sports. On y retrouve souvent des gens qui ont eu une formation agricole et qui souhaitent un complément d’activités ou des jeunes avec un projet d’installation. »

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1406, du 20 avril 2017, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Malgré une interdiction de principe de l’utilisation de certains pesticides en période de floraison, plus de la moitié de leurs usages bénéficient de dérogations.

alerte l’Unaf (union nationale de l’apiculture française) dans un communiqué du 20 mai, journée mondiale des abeilles.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui