Le Réveil Lozère 21 juin 2016 à 08h00 | Par Fédération des chasseurs de la Lozère

Forestiers et chasseurs évoquent les dégâts sylvicoles

Élus et professionnels de la forêt privée, du centre régional de la propriété forestière et de la fédération des chasseurs de la Lozère ont échangé sur la problématique des dégâts de cervidés en forêt.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Chasseurs et forestiers se retrouvent autour de l’équilibre sylvo-cynégétique de la forêt.
Chasseurs et forestiers se retrouvent autour de l’équilibre sylvo-cynégétique de la forêt. - © FDC 48

Jean-Pierre Lafont, président du syndicat lozérien de la forêt privée était l’instigateur de cette rencontre. André Thérond, président de la fédération des chasseurs, a tenu à y participer, montrant l’intérêt de sa structure sur les appréhensions soulevées par les partenaires forestiers. Deux sites ont été visités : un peuplement forestier à Cassagnas et le groupement forestier du mas Blanc à Saint-Germain-de-Calberte où ont été plantés douglas, cèdres et pins laricio. Sur la base d’un certain nombre d’exemples (abroutissements, frottis et écorçages), les élus et les techniciens forestiers ont montré les impacts possibles de cervidés sur des jeunes plants ou sur des arbres plus âgés et les dépréciations irrémédiables pouvant en résulter pour des arbres normalement destinés à être valorisés dans plusieurs décennies. Ainsi, il y a des différences de perceptions entre chasseurs et forestiers : relation au temps et à l’anticipation des plans de gestion, regard porté sur les essences résineuses, seuil d’acceptabilité des impacts, etc.

La suite dans le Réveil Lozère, page 5, édition du 23 juin 2016, numéro 1365.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui