Le Réveil Lozère 13 mai 2020 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Florent Guhl, directeur de la Draaf Occitanie

Florent Guhl a été nommé directeur de la Draaf Occitanie le 2 avril. Passé par l’agence bio, dont il était le directeur depuis 2016, l’agriculture a coloré sa carrière. Entre Covid-19 et défis, Florent Guhl détaille la Draaf de demain.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Florent Guhl, nouveau directeur de la Draaf Occitanie, a de nombreux défis à relever.
Florent Guhl, nouveau directeur de la Draaf Occitanie, a de nombreux défis à relever. - © Draaf Occitanie

Comment imaginez-vous l’Occitanie ?
L’Occitanie est, pour moi, une région très séduisante, en particulier pour son agriculture, son agro-alimentaire et sa forêt. C’est une région qui a réussi à garder et à développer des productions assez différentes les unes des autres.

Quelle est la place de la Lozère pour la Draaf ?
J’en connais déjà un certain nombre d’acteurs parce que beaucoup sont impliqués nationalement. En Lozère, je connais la présidente de la chambre d’agriculture, Christine Valentin. Le circuit est court, puisque je retrouve des acteurs que je connais. Pendant les quatre ans où j’étais en poste à l’agence bio, je suis venu au moins trois fois en Lozère. Il me semble que c’est l’un des départements où j’étais le plus souvent. Ce n’est pas anodin parce qu’on est sur des territoires dans lesquels la bio a sans doute eu un temps d’avance, parfois pour des raisons un peu contraintes.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1560, du 14 mai 2020, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui