Le Réveil Lozère 06 septembre 2016 à 08h00 | Par Yvan Guilhot

Fleur d’Aubrac, une filière de qualité exigeante qui maintient le cap

Créée en 1991 et reconnue officiellement en 2010, la Génisse Fleur d’Aubrac est issue du croisement entre une mère Aubrac et un père Charolais. Cette production représente un débouché pour prés de 160 éleveurs répartis en Aveyron, Lozère, Cantal et Haute-Loire. Avec une forte exigence de qualité, la filière maintient un équilibre malgré la crise des productions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vincent Granier préside l'association Fleur d'Aubrac. Il produit une dizaine de génisse par an.
Vincent Granier préside l'association Fleur d'Aubrac. Il produit une dizaine de génisse par an. - © Yvan Guilhot

« Si on veut du prix il faut être parfait ». C’est ainsi que Vincent Granier, éleveur de Fleur d’Aubrac à Chantegrenouille et président de l’association Fleur d’Aubrac depuis 2010, résume la philosophie de la filière. Initié par la coopération entre des bouchers de l’Hérault et la coopérative Sica montagne, devenue Celia, cette filière est inscrite au registre des indications géographiques protégées depuis 2010. Chaque année, environ 1 500 génisses, âgées entre 24 et 42 mois et élevées sur les pâturages de l’Aubrac sont produites pour ce débouché. Sur un mode d’élevage extensif avec deux élevages maximum de la naissance à la commercialisation (élevage naisseur strict et élevage engraisseur), les génisses « allient rusticité et conformation avec pas trop d’os », indique Vincent Granier. Gustativement, « c’est un produit très tendre, avec un bon rendement en valorisation, recherché par les bouchers. » Grâce aux nombreux contrôles, les génisses sont également très homogènes. Pour maintenir cette qualité constante, les producteurs ne gardent que leurs meilleures bêtes. « C’est un produit exigeant, il faut que tous les maillons soient exigeants. Si un boucher n’est pas satisfait il va appeler », poursuit-il. Des contraintes parfois rudes quand on travaille sur le vivant.

La coopérative Lozère viande, à Antrenas abat les Fleurs d’Aubrac et commercialise environ 45 % des carcasses dans son propre réseau. Le reste est distribué via une coopérative de bouchers de l’Hérault, Cobo Sud. « Actuellement nous avons atteint un équilibre, la filière se défend bien et traverse la crise. » Avec un différentiel de prix important par rapport à un élevage conventionnel, la filière tire même les prix vers le haut selon l’éleveur. « Un éleveur qui ne fait pas de Fleur d’Aubrac mais connaît les prix va chercher à s’en rapprocher. » Sur son exploitation, en 2015, 14 génisses ont été menées à leur terme dans la filière Fleur d’Aubrac, avec une moyenne de 451 kg par carcasse. Ces dernières représentent 35 % de son atelier viande, complété par des broutards de 9 mois et des vaches grasses, certaines en Label rouge. Au total, 53 % du chiffre d’affaires est issu de bovins gras.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui