Le Réveil Lozère 29 novembre 2016 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

« Fini de rigoler, maintenant faut nous payer ! »

À l’appel d’un mot d’ordre national FNSEA-JA, une centaine d’agriculteurs a convergé mardi 22 novembre vers le siège de l’ASP à Clermont-Ferrand, réclamant sans délai le solde des aides Pac, en souffrance depuis près de deux ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Devant les locaux de l’ASP à Clermont-Ferrand, la mobilisation d’agriculteurs de l’Allier, du Cantal, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme.
Devant les locaux de l’ASP à Clermont-Ferrand, la mobilisation d’agriculteurs de l’Allier, du Cantal, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme. - © Sophie Chatenet

Venus des quatre départements d’Auvergne, ils ont bravé la pluie pour exiger des comptes de l’administration. Au siège de l’ASP (agence de services et de paiement), les agriculteurs n’avaient franchement pas envie de rigoler, tant les situations que traversent certains d’entre eux sont dramatiques. Des paiements compensatoires datant de 2015, toujours pas versés au 22 novembre 2016, des aides 2016 dont on ignore encore l’échéance de paiement, etc. « La coupe est pleine, les agriculteurs ne peuvent plus attendre et se contenter d’explications techniques. Aujourd’hui l’administration doit assumer et payer, s’est emporté, Yannick Fialip, président de la FDSEA de Haute-Loire. Derrière les dossiers, il y a des hommes, des femmes, des familles, incapables de se verser un salaire, d’honorer leurs annuités bancaires et leurs dettes fournisseurs. »
« On reviendra tous les jours s’il le faut ! »
Face aux attentes légitimes des agriculteurs, et pour éviter de se lancer empêtrer dans la « cuisine » administrative pétrie de justifications plus incompréhensibles les unes que les autres, les responsables professionnels ont posé des questions précises. Quatre-vingts pourcents des montants ICHN ont été versés fin octobre. Le solde définitif interviendra en fin d’année. « On reviendra vérifier que tout se débloque rapidement, quitte à passer Noël ici. C’est inadmissible en 2016 de mettre les paysans dans une situation aussi délicate », a insisté Nicolas Merle, président des JA Auvergne Rhône-Alpes. « Et qu’est-ce qui vous empêche de faire des chèques », a lancé agacé un groupe d’agriculteurs. Triturant leur fiche, essayant de justifier le retard de l’État par la mise en œuvre de la réforme de la Pac en 2015, les représentants de l’administration ont bien eu du mal à calmer les ardeurs de paysans, bien décider à obtenir enfin leur dû.
Des agriculteurs exaspérés…
Plus de 200 agriculteurs de Rhône-Alpes, venus avec une demi-douzaine de tracteurs et des remorques remplies de fumier ou de pneus, se sont rassemblés près de l’antenne de l’ASP de Lyon. Il en a été de même dans de nombreuses régions. « On n’a pas touché la fin de 2015 et rien en 2016. Je n’ai pas de salaire, mon père non plus, témoigne, en larmes, Aurélie Vuillermet, jeune agricultrice de l’Isère. On n’a pas notre argent et on ne nous dit pas pourquoi. Ce n’est pas de l’argent volé, c’est de l’argent dû. » Cette éleveuse craint, comme ses compagnons d’infortune, un effet conjugué dévastateur de la crise et des retards de versements d’aide. Parfois jusqu’au dépôt de bilan. En Lozère, plus de 120 agriculteurs n’ont toujours pas perçu le solde de leurs aides 2015, ce qui entraîne un blocage de leur dossier 2016.

La suite dans le Réveil Lozère, page 8, édition du 1er décembre 2016, numéro 1386.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui