Le Réveil Lozère 30 octobre 2018 à 16h00 | Par FXS

Feu vert des Vingt-huit pour la renégociation du contingent d'importation de boeuf « sans hormones »

La Commission européenne a reçu le feu vert du Conseil de l'UE pour négocier l'allocation spécifique aux États-Unis, qui le réclament, d'une partie du contingent d'importation communautaire en franchise de 45 000 tonnes de viande bovine de haute qualité « sans hormones ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le Conseil de l'UE a autorisé le 19 octobre la Commission de Bruxelles à ouvrir des négociations avec les États-Unis pour attribuer à ce pays une partie du contingent d'importation communautaire en franchise de 45 000 tonnes (58 000 tonnes poids carcasse) de viande bovine de haute qualité provenant d'animaux non traités avec des hormones de croissance, ouvert à tous les pays fournisseurs. Ce contingent avait été établi en 2009 en vertu d'un mémorandum d'accord qui, révisé en 2014, mettait fin provisoirement à la « guerre du boeuf aux hormones » et aux droits de douane instaurés en rétorsion par Washington sur une série de produits alimentaires européens. Mais, fin 2016, l'administration Obama a menacé de rétablir ces droits, constatant que les États-Unis n'utilisent qu'un tiers environ du contingent, quelque 60 % bénéficiant à d'autres exportateurs, principalement l'Uruguay, l'Australie et l'Argentine.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1482, du 1er novembre 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

La nouvelle instruction sur les PTGE reconnaît désormais la nécessité de prendre en compte les besoins supplémentaires en eau liés au changement climatique, en s’appuyant sur des ressources en eau en période hivernale.

indiquent FNSEA, Irrigants de France et APCA dans un communiqué commun du 10 mai.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui