Le Réveil Lozère 26 décembre 2012 à 14h45 | Par Le Réveil Lozere

Fêtes - Du foie gras et des canards caussenards

Le foie gras reste une valeur sûre sur les tables de fêtes. Si le canard gras n'est pas une spécialité lozérienne, quelques producteurs se sont pris d'engouement pour le volatile. C'est le cas de Monique Vergely, à Carnac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Monique Vergély achète les canards alors qu'ils n'ont qu'un jour. © Le Réveil Lozère Les canards sont élevés en plein air. © Le Réveil Lozère La ferme du Caïrou propose une large gamme de spécialités à base de canard gras. © Le Réveil Lozère Les produits sont vendus à la ferme à Carnac ou dans un magasin de producteurs à Meyrueis. © Le Réveil Lozère La ferme du Caïrou élève et gave 1000 canards par an. © Le Réveil Lozère Un chauffage tient au chaud les canards les premières semaines. © Le Réveil Lozère Les bâtiments sont déplaçables au gré des parcours. © Le Réveil Lozère
Des caquètements, sur le causse Méjean. À la ferme du Caïrou, qui se situe à Carnac, le canard tient une place à part. Mulards et Barbaries sont nourris avec des céréales récoltées sur l'exploitation, pour être gavés et transformés en une large gamme de produits fermiers.

Aujourd'hui, le système est bien rôdé. De la réception des canards, qui n'ont encore qu'un jour, à la préparation des plats cuisinés, en passant par le gavage et l'abattage, Monique Vergely maîtrise toutes les ficelles du métier. Pourtant, elle a tout appris sur le tas.

À lire dans le Réveil Lozère du 27 décembre, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui