Le Réveil Lozère 26 septembre 2018 à 11h00 | Par LE REVEIL LOZERE

FDSEA, JA et FNDP rencontrent la préfète

Lundi dernier, la FDSEA, les JA et la FNDP (fédération nationale de la défense du pastoralisme) ont rencontré Christine Wills-Morel, préfète de la Lozère ainsi que Thierry Olivier, secrétaire générale de la préfecture. Ensemble ils ont pu aborder les principaux dossiers du moment : sécheresse, TO-DE et prédation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Sur ce dernier point, les membres des syndicats ont obtenu un rendez-vous le 4 octobre prochain avec les cabinets du Premier ministre, du ministère de la Transition écologique et solidaire et de l’Agriculture. Pour ce qui est de la sécheresse, « la préfète a pris acte et va faire partir le dossier calamité », raconte Olivier Boulat président de la FDSEA, alors que le manque de paille pose problème à de nombreux agriculteurs. Enfin, sur le dossier de la suppression des exonérations d’impôts sur les TO-DE, les syndicalistes ont fait part de leurs inquiétudes. « Même si le sujet ne concerne que 200 contrats en Lozère, le problème c’est que la France ne sera plus compétitive, continue Olivier Boulat. En tant qu’agriculteurs et consommateurs, nous sommes donc tous concernés. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui