Le Réveil Lozère 21 juin 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

FDSEA et JA rencontrent le préfet

Les syndicats FDSEA et JA 48 ont pu rencontrer, lundi 19 juin, le préfet de Lozère pour attirer l’attention des autorités sur les problèmes du loup, du prix du lait de vache, des paiements Pac mais aussi de l’eau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Membres de la FDSEA et JA ont pu échanger avec le préfet, lundi 19 juin, dans le salon jaune de la préfecture.
Membres de la FDSEA et JA ont pu échanger avec le préfet, lundi 19 juin, dans le salon jaune de la préfecture. - © Aurélie Pasquelin

Alors que le travail dans les champs se poursuit dans le département, la FDSEA et les JA ont pu échanger avec Hervé Malherbe, préfet de Lozère, lundi 19 juin. Ensemble, ils ont pu aborder différents points qui préoccupent les agriculteurs lozériens : le prix du lait de vache, la Pac, l’eau et le loup. Sur ce dernier point, la préfet a bien précisé qu’un « arrêté ministériel vient d’être pris pour autoriser la destruction de deux loups supplémentaires. Les éleveurs pourront donc reprendre les tirs de défenses et tirs de défenses renforcés » (voir ci-dessous). Pour ce qui est de la prochaine campagne, si la consultation se poursuit actuellement, le préfet assure que « selon le préfet coordinateur loup, l’arrêté sera pris au 1er juillet. » Les agriculteurs ont néanmoins émis des réserves sur le sujet et demandent une augmentation des quotas ainsi que l’avancement de la date de consultation. « En discutant de cela pendant les mois d’hiver, nous serions plus enclins à le faire tranquillement », indique Mickaël Tichit, président de la section ovine de la FDSEA. Pour eux, même si les statistiques indiquent une diminution des attaques depuis 2016, « cela s’explique par un changement dans les pratiques des éleveurs ovins, qui ont des conséquences certaines sur la biodiversité du territoire, précise Olivier Boulat, président de la FDSEA. De plus, les chiffres ne reflètent qu’une partie de la réalité car certains éleveurs ne prennent même plus la peine de faire de déclaration. » Les responsables agricoles du département ont également émis le souhait que la brigade loup présente sur le département s’avère efficace.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1415, du 22 juin 2017, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui