Le Réveil Lozère 02 octobre 2019 à 12h00 | Par Aurélie Pasquelin

FDSEA et JA rencontrent la préfète et le DDT de Lozère

La FDSEA et les JA de Lozère ont pu, mercredi 25 septembre, rencontrer Christine Wils-Morel, préfète de Lozère et Xavier Gandon, DDT du département. Sur l’exploitation de la famille Gras, à La-Fage-Montivernoux, ils ont pu aborder les différents sujets de l’actualité agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FDSEA et les JA de Lozère ont pu, mercredi 25 septembre, rencontrer Christine Wils-Morel, préfète de Lozère et Xavier Gandon, DDT du département.
La FDSEA et les JA de Lozère ont pu, mercredi 25 septembre, rencontrer Christine Wils-Morel, préfète de Lozère et Xavier Gandon, DDT du département. - © Aurélie Pasquelin

Sècheresse, accords de libres-échanges, prédation, agribashing, reconquête agricole… les sujets d’inquiétude des agriculteurs lozériens sont nombreux en ce début d’automne. Afin d’alerter les pouvoirs publics mais aussi de permettre à leurs adhérents de les rencontrer, la FDSEA et les JA de Lozère avaient invité Christine Wils-Morel, préfète de la Lozère et Xavier Gandon, directeur départemental des territoires (DDT) à une rencontre de terrain. Ainsi mercredi 25 septembre, une trentaine de personnes s’est retrouvée au Gaec Gras de la Védrine, sur la commune de La-Fage-Montivernoux.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1528, du 3 octobre 2019, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Continuons de faire de l’agriculture de conservation, parce que c’est un bon modèle, et continuons à mettre du glyphosate tant qu’on n’a pas trouvé autre chose

a déclaré le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume. Il a indiqué que l’agriculture de conservation fera partie des usages autorisés pour le glyphosate après 2021, en l’absence d’alternatives.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui