Le Réveil Lozère 29 novembre 2017 à 08h00 | Par FDSEA, FNB

FDSEA et FNB alertent des risques des accords avec le Canada et le Mercosur

Suite aux accords économiques et commerciaux du Ceta et du Mercosur, FDSEA et FNB ont décidé d’écrire une lettre ouverte à la préfète Christine Wils-Morel pour l’avertir des conséquences pour le département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« L’accord Ceta-Mercosur va mettre l’élevage bovin viande en danger.
L’accord économique et commercial global entre l’UE et le Canada (Ceta) a été signé le 30 octobre 2016, avant d’être ratifié par le Parlement européen. Il est entré en application provisoire le 21 septembre dernier et sera soumis courant 2018 à la ratification de l’Assemblée Nationale et du Sénat. Cette ratification conditionnera l’application définitive de cet accord. Au total, 65 000 tonnes de viandes canadiennes arriveront sur le sol français.
En parallèle, la Commission européenne négocie un accord de libre-échange avec le Mercosur pour une offre d’accès au marché européen sur la base d’un mandat datant de 1999. Après plusieurs années sans nouvelles, les négociations ont brutalement repris. La commission européenne et le Mercosur font une offre d’accès au marché européen à 70 000 tonnes de viandes sud-américaines supplémentaire. Cette offre ne convient pas au Mercosur et elle devrait être revue à la hausse au mois de décembre. Un accord entre 100 et 130 000 tonnes serait envisagé avec des droits de douanes quasi nuls.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1436, du 30 novembre 2017, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui