Le Réveil Lozère 29 août 2018 à 15h00 | Par fdcuma de lozère

Faites contrôler votre pulvérisateur

La FDCuma organise les contrôles des pulvérisateurs les 20, 21 et 27, 28 septembre prochains.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDCuma

Comme chaque année en début d’automne, la FDCuma organise des journées de contrôles de pulvérisateurs sous-traités à Charles-Henry Layat de la société Serv’Agri Arverne (S2A).Le contrôle est à la charge du propriétaire et doit être effectué tous les cinq ans par des inspecteurs agréés.

Le contrôle obligatoire
des pulvérisateurs élargi
L’arrêté de juin 2016 a élargi la liste des matériels soumis à contrôle. « Aujourd’hui pour faire simple, tout est contrôlable sauf les pompes à dos », explique Charles-Henry Layat de S2A. La liste des points de contrôle a été également enrichie avec maintenant 73 à 83 points de contrôle permettant de relever plus de 200 défauts dont les principaux s’avèrent être l’usure des buses, les fuites, ou une corrosion importante.

Rappel sur le contrôle des pulvérisateurs
Les pulvérisateurs neufs achetés récemment sont-ils concernés ?
Si vous avez acheté un pulvérisateur neuf ces cinq dernières années, le premier contrôle n’interviendra que cinq ans après la date d’achat. Par exemple, un pulvérisateur neuf acheté le 15 février 2014 devra être contrôlé avant le 15 février 2019.
Dans le cas d’un pulvérisateur d’occasion, exigez la vignette qui prouve un premier passage au contrôle technique et vérifiez que le contrôle soit toujours valable. À ce jour, il n’y a pas d’obligation en cas de revente, mais il est conseillé de demander un contrôle de moins d’un an pour éviter les mauvaises surprises.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1473, du 30 août 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui