Le Réveil Lozère 15 janvier 2020 à 11h00 | Par Agrafil

Extension de la loi à la restauration collective et aux industries alimentaires

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le Conseil des ministres du 6 janvier a adopté le projet de loi ratifiant l’ordonnance relative à l’extension de la loi sur le gaspillage alimentaire, dite loi Garot, à la restauration collective privée et à l’agro-alimentaire. Concrètement, toutes les obligations de lutte contre le gaspillage alimentaire déjà imposée à l’État, aux établissements publics et aux collectivités territoriales sont étendues au secteur privé de la restauration collective et à l’industrie agroalimentaire. Par ailleurs, l’ordonnance étend également à l’ensemble des opérateurs de la restauration collective et de l’industrie agroalimentaire, l’interdiction qui s’applique déjà aux distributeurs de rendre les produits invendus encore consommables impropres à la consommation. À cet égard, une amende de 3 750 euros est prévue pour le non-respect de cette obligation qui peut être assortie d’une peine complémentaire d’affichage ou de diffusion dans la presse. En outre, les opérateurs préparant plus de 3 000 repas par jour et ceux de l’industrie agroalimentaire réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’euros ont l’obligation de proposer une convention aux associations habilitées d’aide alimentaire pour le don de denrées consommables et non vendues.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

J’invite tous ceux qui donnent des leçons à regarder ce que les professionnels du monde agricole ont fait en vingt ans par rapport à bon nombre d’autres professions

souligne Emmanuel Macron en réponse à l’« agribashing » dénoncé par la profession agricole et en assurant que « ce que l’on a vu ces derniers mois est inacceptable ».