Le Réveil Lozère 17 avril 2019 à 11h00 | Par RO

Exploitant agricole, un métier en voie de « normalisation »

Alors que le nombre d’exploitants agricoles continue de se réduire, le métier d’agriculteur s’est reconfiguré tant dans ses manières de s’organiser que dans ses façons d’exercer, pour se rapprocher de plus en plus de celui de « chefs de très petites entreprises d’autres secteurs économiques », constate le Centre d’étude et de prospective (CEP) du ministère de l’Agriculture dans un ouvrage à paraître au mois de mai.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Des modèles agricoles d’une « hétérogénéité croissante », un désengagement du modèle d’agriculture familiale, concentration de la main-d’œuvre, développement de la sous-traitance et de la diversification dans les exploitations…Tels sont certains des constats apportés par Actif’Agri, vaste exercice d’analyse économique sur les évolutions de l’emploi agricole ces 25 dernières années mené par le Centre d’étude et de prospective du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation de septembre 2017 à décembre 2018, et dont un premier aperçu a été donné le 10 avril. L’ouvrage, qui a rassemblé plus d’une trentaine d’experts, devrait paraître au mois de mai prochain.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1506, du 18 avril 2019, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui