Le Réveil Lozère 12 février 2020 à 09h00 | Par Marie-Pascale Vincent

Expliquer le métier et le label rouge Bœuf fermier d’Aubrac

Cette année le Gaec de la Buge, ne monte pas pour participer au concours, mais pour faire connaître le Bœuf fermier d’Aubrac. Pour Philippe Trigosse, le SIA est une opération de communication toujours payante.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marie-Pascale Vincent

« Le fait de monter des génisses au SIA a fait débat au sein des éleveurs de Bœuf fermier d’Aubrac, le label rouge BFA. Je fais partie de ceux qui étaient pour. À Paris, ce n’est pas comme à la télévision. L’éleveur a le public en face de lui et peut expliquer la réalité du métier. Les visiteurs ne connaissent pas grand-chose à l’élevage. Mais ils sont ouverts, attentifs aux explications et le message passe », estime Philippe Trigosse, du Gaec de la Buge à Escudières, sur la commune de Recoules d’Aubrac. Pour la troisième année consécutive, l’éleveur sera donc présent au salon même si ses bêtes, qui ont déjà brillé plusieurs fois, n’ont pas été sélectionnées pour le concours de race. Alors que l’Upra Aubrac veut mettre en avant les labels rouges, il montera avec Napole, une génisse de trois ans.

Parler de la viande
« À Paris, les éleveurs sont présents en permanence sur le stand. On se relaye mais les journées sont plus longues qu’à la ferme. Cela me plaît de raconter comment les bêtes sont élevées sur l’Aubrac, témoigne Philippe Trigosse. Elles mangent de l’herbe tout l’été et l’hiver, leurs rations se composent de choses simples, céréales, légumineuse, tourteaux… Le label nous impose de ne pas donner de maïs ou encore que les bêtes, âgées entre trois et moins de dix ans, soient nées, élevées, engraissées sur une exploitation qualifiée BFA. Durant les dix jours du Sia, les deux vaches, dont Napole, qui représentent le label, feront l’objet d’une présentation officielle sur le ring. En montrant nos bêtes, c’est un peu de notre exploitation que l’on dévoile. »

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1547, du 13 février 2020, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions

Dit le président de l’Apca (chambres d’agriculture), Sébastien Windsor, qui souhaite un ministre « à l’écoute ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui