MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir Le Réveil Lozère quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique
Le Réveil Lozère 07 juillet 2015 à 08h00 | Par Anne-Marie Vincent

Et au milieu coulent des inquiétudes…

L’association des maires de Lozère (AMF 48) s’est réunie le 27 juin dans la salle des fêtes du conseil départemental, à Mende. La cartographie des cours d’eau en Lozère a notamment fait débat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À gauche, Hervé Malherbe, préfet de Lozère et Jacques Blanc, président de l'AMF48.
À gauche, Hervé Malherbe, préfet de Lozère et Jacques Blanc, président de l'AMF48. - © Vincent Louveau

Selon le président de l’AMF 48, Jacques Blanc, « environ cent maires » ont participé à l’assemblée générale, en présence également du préfet de Lozère, Hervé Malherbe, le 27 juin dernier, à Mende. Tous ont d’abord tenu à rendre hommage aux maires disparus : Claude Feybesse, de Saint-Étienne-du-Valdonnez, Jean-Marcel Recoules, de Termes, et enfin Jean Roujon, de Marvejols, pour qui une minute de silence a été respectée. L’approbation des rapports financier et moral ont recueilli l’unanimité tandis que d’autres points ont soulevé des inquiétudes : loi NOTRe, les communes nouvelles et surtout la future cartographie des cours d’eau en Lozère. À cette occasion, René-Paul Lomi, directeur départemental des territoires, a présenté l’objet de l’instruction : « Mieux faire connaître les parties du réseau hydrographique qui sont des cours d’eau et où s’applique une réglementation spécifique. Privilégier pour cela une cartographie complète des cours d’eau. Là où ce n’est pas possible, établir une méthodologie d’identification des cours d’eau, associés à une cartographie progressive, notamment en tête de bassin-versant lorsque l’identification exhaustive n’est pas possible à des coûts et dans des délais acceptables. » En somme, à partir des trois critères cumulatifs pour définir un cours d’eau, à savoir « un lit naturel à l’origine, un débit suffisant une majeure partie de l’année et l’alimentation par une source », l’État compte bien différencier les cours d’eau, des rases et des canaux, une altérité parfois délicate qui entraîne des tensions entre usagers.

La suite dans le Réveil Lozère, page 5, édition du 9 juillet 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Les exploitations d’élevage ne trouvent pas de repreneurs, des jeunes se détournent de ces filières

a dit le président de la FNSafer, Emmanuel Hyest lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 28 mai.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui