Le Réveil Lozère 05 février 2020 à 12h00 | Par chambre d'agriculture de Lozère

Essais dérobées fourragères 2019 : des pistes prometteuses

La chambre d’agriculture a mis en place en 2019 des essais de dérobées fourragères estivales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Laure Gomita

Afin de faire face aux aléas climatiques de plus en plus fréquents en région Occitanie, les agriculteurs doivent sécuriser leurs systèmes fourragers.
La culture de dérobées fourragères constitue un levier intéressant d’adaptation à ces changements climatiques car elle permet la production de stocks fourragers de haute qualité alimentaire en seulement quelques semaines après le semis.
Cette année, la chambre d’agriculture de Lozère a choisi de mettre en place une expérimentation portant sur ce type de culture en agriculture biologique. Pour cette première année d’essais, elle a choisi d’implanter quatre mélanges de dérobées estivales destinées à la pâture sur une exploitation de Grandrieu. Ces différents mélanges pâturés, de courte durée, ont été mis en place après la destruction d’une prairie en fin de printemps et avant l’implantation d’une céréale d’hiver, sur sol acide et granitique.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1543, du 6 février 2020, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Continuons de faire de l’agriculture de conservation, parce que c’est un bon modèle, et continuons à mettre du glyphosate tant qu’on n’a pas trouvé autre chose

a déclaré le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume. Il a indiqué que l’agriculture de conservation fera partie des usages autorisés pour le glyphosate après 2021, en l’absence d’alternatives.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui