Le Réveil Lozère 03 octobre 2018 à 11h00 | Par Aurélie Pasquelin

Environnement Massif central, 20 ans déjà

Chimirec et EMC fêtaient leurs 60 et leurs 20 ans jeudi 27 septembre sur leur site de Mende. Ce qui ne les empêche pas d’avoir encore des projets.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

Mobilier, plastiques, cartouches d’encres, extincteurs usagés, aérosols… le nombre d’objets recyclés, sur le site Chimirec Massif central et Environnement Massif central (EMC) de Mende, est impressionnant. Pourtant, « quand Olivier Dalle est venu me voir pour la première fois en 1997, avec son projet d’entreprise, il prévoyait de recycler du verre ou des déchets ménagers classiques », raconte Philippe Michelet aujourd’hui directeur d’EMC et alors employés à la chambre de commerce et d’industrie. En effet, en plus de vingt ans d’existence, l’entreprise a bien changé. Installée à Balsiège et au Monastier, elle déménage en 2004 sur le causse d’Auge.

13 hectares sur le causse d’Auge
« À la même époque, Chimirec, alors peu implanté dans le Massif central, a décidé de créer une structure sur place », continue Philippe Michelet. Une volonté qui a débouché sur un partenariat entre les deux entreprises et un site quasi-commun : celui de Mende qui, sur ses 13 ha, accueille EMC sur 11,5 ha et Chimirec sur 1,5 ha. Une belle surface qui permet au site de collecter tout type de déchets sur la Lozère mais aussi sur les départements voisins : Aveyron, Cantal, Haute-Loire et Puy-de-Dôme.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1478, du 4 octobre 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Pour une agriculture durable, des agriculteurs qui vivent décemment de leur métier, des Français qui mangent de la qualité et au juste prix, je suis dès aujourd’hui au travail.

a déclaré sur Twitter, quelques minutes après l’annonce de sa nomination Didier Guillaume, nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui