Le Réveil Lozère 23 octobre 2019 à 09h00 | Par Aurélie Pasquelin

Environnement : « L’élevage ovin a une carte à jouer »

L’institut de l’élevage a réalisé, pour la filière ovine, une série d’indicateurs environnementaux et économiques sur les pratiques d’élevage. Nommé Kitindic, le projet a été présenté mercredi 2 octobre au Sommet de l’élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Sindy Moreau, chef de projet en évaluation environnementale à l’Institut de l’élevage.
Sindy Moreau, chef de projet en évaluation environnementale à l’Institut de l’élevage. - © Aurélie Pasquelin

En France, l’agriculture est le troisième secteur émetteur de gaz à effet de serre, derrière les transports et l’industrie.* L’élevage ovin allaitant ne représente lui qu’un pourcent des émissions agricoles. « Je suis persuadé que l’élevage ovin a une carte à jouer, en valorisant notamment l’existant », confiait Patrick Soury, président d’Inn’ovin au Sommet de l’élevage. L’Institut de l’élevage y donnait, mercredi 2 octobre, une conférence sur les pratiques environnementales en élevage ovin. « L’élevage ovin est pourvoyeur de nombreux services environnementaux comme la valorisation des surfaces en herbe, la préservation de la biodiversité, le stockage de carbone, la prévention des incendies, la production de paysages ou encore dans certains secteurs la réduction des risques d’avalanches », détaille Sindy Moreau, de l’Institut de l’élevage.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1531, du 24 octobre 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Cet accord leur apporte une meilleure protection et une meilleure valorisation sur le marché chinois. Il contribue à promouvoir le modèle de développement rural associant terroir, producteurs et consommateurs qu’incarnent les indications géographiques. Il apporte un gage supplémentaire de qualité pour les faire apprécier des consommateurs chinois et réciproquement.

indique Didier Guillaume dans un communiqué du 6 novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui