Le Réveil Lozère 21 février 2018 à 10h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Entreprises de travaux agricoles : le nombre d'actifs en hausse en 2016

Il y a eu « 2114 actifs supplémentaires en 2016 dans les entreprises de travaux agricoles, forestiers et ruraux », prévient le 15 février la fédération nationale des entrepreneurs des territoires (FNEDT).

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L'annonce suit la publication par la MSA du tableau de bord annuel sur l'emploi dans les entreprises de travaux agricoles, forestiers et ruraux et après une année 2015 marquée une baisse du nombre d'actifs. Dans le détail, ce sont les entreprises de travaux agricoles (ETA) qui assurent la croissance avec 260 entreprises de plus et 2260 salariés supplémentaires quand « le nombre d'entreprises de travaux forestiers et de travaux sylvicoles, quant à lui, baisse de 65 entreprises, avec 143 salariés en moins ». « Nous dénombrons 98 765 actifs en 2016, contre 96 651 en 2015 et 61 789 en 2003 », précise Gérard Napias, le président de la FNEDT. Le nombre d'entreprises est lui resté relativement stable avec « 21 671 entreprises contre 21 518 en 2015 ». Les ETA demeurent en très grande partie des entreprises familiales puisque 45 d'entre elles « ont au moins un équivalent temps plein (ETP) en 2016 et 75 % ont moins de trois ETP », précise le communiqué. Un constat contrasté dans les régions vinicoles. Ainsi, 10 % des ETA en Nouvelle-Aquitaine ont « entre 10 et 50 ETP », mais ce n'est le cas que de 4 % d'entre-elles en Haute-Normandie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui