Le Réveil Lozère 13 février 2019 à 14h00 | Par Actuagri

Entrée en vigueur de la loi EGalim : comment se comportent les distributeurs ?

Le début de l’année 2019 est marqué par l’entrée en vigueur d’ordonnances issues de la loi Égalim mais aussi par les négociations commerciales annuelles. Pour déterminer l’impact des EGA il est nécessaire d’observer le comportement des distributeurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JC Gutner

Le 1er février, l’ordonnance de la loi Egalim, relative au relèvement du SRP, est entrée en vigueur. Un mois plus tôt, c’est celle concernant l’encadrement des promotions qui entrait en application, celle relative à l’encadrement des promotions en volume sera publiée le 1er mars. Le début de l’année 2019 est donc marqué par ces ordonnances mais aussi par les négociations commerciales qui doivent se conclure le 1er mars. En parallèle on assiste à une campagne de communication de certaines enseignes de distribution afin d’expliquer aux consommateurs que les ordonnances de la loi Egalim vont affecter fortement leur pouvoir d’achat.
Un comportement dénoncé par le ministre de l’Agriculture qui estime qu’un consommateur ayant un panier alimentaire équilibré ne verra pas son pouvoir d’achat amputé. Pour s’assurer que les enseignes de distributions respectent la loi leur comportement est scruté attentivement ; respectent-elles l’encadrement des promotions ? Les négociations tarifaires prennent-elles en compte les prix payés aux producteurs ? Quelles sont les voies de contournement imaginées par les enseignes ? Des questions déterminantes afin de connaitre l’impact réel des EGA sur la répartition de la valeur et la rémunération des producteurs.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1497, du 14 février 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le compte n’y est pas du tout : la première année de négociations (sous la loi Égalim) n’a pas été satisfaisante.

a constaté Didier Guillaume le 16 avril, à l’issue d’une réunion du comité de suivi des relations commerciales réunissant producteurs, transformateurs et distributeurs à Bercy.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui