Le Réveil Lozère 28 mars 2018 à 09h00 | Par DB

Enchères élevées à Baraqueville

Les enchères du 20e concours national des Bœufs de Pâques de Baraqueville qui ont eu lieu vendredi 16 mars, en début d’après-midi, ont atteint des niveaux élevés, en présence de nombreux acheteurs et éleveurs. Près de 400 animaux étaient ensuite mis à la vente.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ambiance tendue et clameur enthousiaste lors des enchères animées par Bernard Guibbaud.
Ambiance tendue et clameur enthousiaste lors des enchères animées par Bernard Guibbaud. - © DB

Grosse ambiance à Baraqueville vendredi dernier, en début d’après-midi, pour une 20e édition du concours national des Bœufs de Pâques lancé par des enchères de haut vol. Elles étaient animées de main de maître par Bernard Guibbaud, avec Jackye Serieys, présidente de l’association organisatrice, laquelle a reçu en préambule une médaille d’or du ministère de l’agriculture pour son action au service de l’élevage régional, en présence du maire de Baraqueville, Jacques Barbezange, et Jean-Yves Renard, président de la fédération nationale des concours d’animaux de boucherie (FNCAB). « Le concours de Baraqueville fait partie des cinq plus grands de France, avec Parthenay (79), Charolles (71), Evron (53), et Varennes-sur-Allier (03) », a déclaré Jean-Yves Renard.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1453, du 29 mars 2018, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Alors que la population agricole décroît, nous avons les moyens de donner envie aux jeunes générations non issues du monde agricole de nous rejoindre pour un nouveau projet de vie en s’installant en agriculture biologique.

a déclaré Guillaume Riou, à l’occasion de sa réélection à la présidence de la fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab).