Le Réveil Lozère 03 octobre 2018 à 10h00 | Par Sophie Chatenet

En Turquie, le business se conjugue au féminin

Invitée d’honneur du Sommet de l’élevage, la Turquie a faim de viande. Pour assouvir une demande exponentielle, les ateliers d’engraissements ont grossi, et la filière élevage pèse de plus en plus. À la tête de ces empires musclés, des femmes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Nihal Kayar, responsable des achats chez Namet, numéro un de la viande en Turquie.
Nihal Kayar, responsable des achats chez Namet, numéro un de la viande en Turquie. - © SC

Jean-basket. Le duo gagnant qu’arbore volontiers Nihal Kayar, y compris lors de rencontres d’affaires. La jeune femme est responsable des achats de la société Namet, le numéro 1 de la viande bovine en Turquie. Une société érigée par ses aïeuls dans les années cinquante dans laquelle Nihal occupe désormais un poste stratégique. Actuellement, c’est au Brésil qu’elle va faire son marché. Elle y passe trois semaines par mois pour choisir les animaux qui viendront grossir ses centres d’engraissements, dont l’un est situé à la frontière syrienne. Namet engraisse 100 000 bovins par an. La société dispose d’abattoirs au sud-est du pays, et d’un atelier de désossage et de transformation à la périphérie d’Istanbul où sont transformées 40 000 tonnes de viande bovine et ovine chaque année. Avant les problématiques liées à la FCO, c’est-à-dire jusqu’en 2013, la société achetait beaucoup d’animaux français (jusqu’à 10 000 animaux par mois).

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1478, du 4 octobre 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui