Le Réveil Lozère 04 juillet 2018 à 11h00 | Par Chambre d’agriculture 48

En Lozère, l’agriculture biologique poursuit son développement

Le département compte 358 exploitations en bio et reste sur une bonne dynamique de conversion portée par les besoins élevés des entreprises de collecte. Le point sur les besoins de la filière et l’accompagnement de la production bio en Lozère.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Portés par une demande toujours plus importante de produits labélisés, ce sont 42 391 hectares de la surface agricole utile du département qui respectent le cahier des charges de l’AB ; soit 17.5 % de la SAU. En lien avec la demande laitière en produits certifiés, la Lozère se classe au 3e rang des départements de France en surfaces conduites en AB (certifiées + conversion) pour 2017.
Les besoins sont toujours importants en lait de chèvre. À ce jour, ce sont dix-huit producteurs caprins qui produisent du lait de chèvre AB dont sept qui transforment à la ferme. Les onze autres producteurs livrent soit à la Fromagerie des Cévennes pour quatre d’entre eux, soit à la SAS « Les Chèvres Bio France » pour les autres. Les volumes produits ou transformés portent sur 1,5 million de litres de lait de chèvre (Bio et conversion) et représentent 50 % des volumes du département. Loin de satisfaire les besoins du marché, la SAS « Les Chèvres bio France », créée en 2016 et qui approvisionne la laiterie de la Lémance, est en recherche de nouveaux producteurs. Le prix du lait de chèvre en AB varie de 860 à 960 euros les mille litres.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1467, du 5 juillet 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui