Le Réveil Lozère 18 juillet 2017 à 08h00 | Par DB

En Italie aussi, le loup fait débat

En Italie, si le loup n’a jamais disparu, l’animal colonise de nouveaux territoires, notamment dans le nord du pays, ce qui est source de conflit. Pourtant, le débat est moins enflammé qu’en France, et les éleveurs cherchent à faire de la pédagogie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Massimiliano Volpone, directeur de Coldiretti de l’Aquila : « Nous ne réclamons pas la sortie du loup des espèces protégées. Nous privilégions le développement d’outils de protection et des indemnisations. »
Massimiliano Volpone, directeur de Coldiretti de l’Aquila : « Nous ne réclamons pas la sortie du loup des espèces protégées. Nous privilégions le développement d’outils de protection et des indemnisations. » - © DB

Mère nourricière de Romulus et Remus, la louve tient une place centrale dans la mythologie de la capitale italienne, qui doit sans doute jouer un rôle dans la relation entre l’homme et l’animal sur la péninsule. Contrairement à la France, le loup ici n’a jamais disparu ; il a toujours fait partie du paysage des éleveurs. Mais le prédateur a proliféré ces dernières années, mettant en péril l’équilibre entre faune sauvage et élevage. La population atteindrait 1 800 individus, sans compter les « hybrides » (croisement de loups et de chiens errants, nombreux en Italie). Ainsi les attaques se sont multipliées sur toutes les zones montagneuses : Piémont, Emilie-Romagne, Abruzzes, Marches…

Améliorer la protection et les indemnisations
Une situation qui a contraint Coldiretti, le syndicat agricole majoritaire (de centre droit), à tirer la sonnette d’alarme, parlant « de carnage dans l’indifférence générale », ce qui a permis l’adoption par le Parlement italien d’un plan loup en 2016.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1419, du 20 juillet 2017, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui