Le Réveil Lozère 08 janvier 2020 à 10h00 | Par Laurence Sagot, Institut de l’élevage-Ciirpo

En hiver, faire passer les brebis sur les prairies des vaches

Le pâturage hivernal des brebis ne détériore pas la flore des prairies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Faire pâturer de l’herbe qui serait perdue.
Faire pâturer de l’herbe qui serait perdue. - © Ciirpo

Quatre années de suivi au Ciirpo (centre inter régional d’information et de recherche en production ovine), sur le site expérimental du Mourier (87) avaient montré que la pratique du pâturage hivernal des brebis n’entraînait pas de modification de la flore par rapport aux parcelles en repos hivernal pendant deux mois. Sur les prairies qui ne bénéficient pas de ce repos hivernal, le retard de la pousse d’herbe au printemps est de l’ordre de dix jours. La production annuelle de la parcelle n’est pas modifiée. Ces références ont été obtenues avec le pâturage exclusif de brebis.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1542, du 09 janvier 2020, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui