Le Réveil Lozère 23 novembre 2017 à 08h00 | Par Eva DZ

En haut de l’affiche du prochain SIA

Interview d'Yves Chassany, président de l’Union et de l’Upra Aubrac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Eva DZ

« Haute », c’est son nom, tiendra le haut de l’affiche du prochain Salon de l’agriculture du 24 février au 4 mars. Depuis 1993 la race Aubrac n’avait pas été à l’honneur du grand salon parisien et c’est une première pour une vache. L’égérie de six ans a été sélectionnée dans l’élevage de la famille Dijols à Curières.

Le Salon de l’agriculture a officialisé mercredi 15 novembre, Haute, vache Aubrac comme égérie de sa prochaine édition. Quel est votre sentiment ?
C’est une reconnaissance du travail engagé par les éleveurs Aubrac depuis plusieurs décennies. Depuis 1994 et le centenaire du livre généalogique, depuis 2008 et notre premier concours national dans le cadre du Sommet de l’élevage et depuis l’année dernière et notre semaine européenne des races de massif à Saint-Flour, les éleveurs Aubrac ont beaucoup appris, dans le dressage et la présentation de leurs animaux, dans la qualité en général et dans la communication. Ensemble nous allons apprendre à aller vers la société pour apporter des réponses qui compteront pour l’avenir de nos zones rurales. Cette candidature retenue pour l’égérie du Salon de l’agriculture est une vraie satisfaction pour l’ensemble de la race et une reconnaissance du chemin parcouru.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1435, du 23 novembre 2017, en page 2.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui