Le Réveil Lozère 09 mai 2018 à 14h00 | Par RENAUD SAINT-ANDRÉ

Éleveuse et spécialiste du comportement

Rien ne destinait Pauline Garcia à devenir agricultrice. Son étonnant parcours l’a conduite à élever des Salers mais aussi, et surtout, à former d’autres éleveurs à l’éthologie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pauline Garcia, au milieu d’un lot de génisses de 18 mois, avec son indispensable brosse pour mieux les approcher.
Pauline Garcia, au milieu d’un lot de génisses de 18 mois, avec son indispensable brosse pour mieux les approcher. - © DR

Il y a comme de la magie. Col de la Croix-de-Baptiste, sur les hauteurs d’Allanche, 1 230 m d’altitude, pas un bâtiment en vue depuis la prairie où un lot de génisses salers s’ébat. Et puis Pauline Garcia arrive, leur parle, s’approche doucement. Elle en brosse une, puis deux, les caresse, leur parle encore, expliquant avec des mots simples chacune de ses actions. Bientôt, elle est encerclée par tout le lot, devenu paisible. C’est une éleveuse pas comme les autres. Installée en Gaec depuis mai 2015 sur la commune de Vèze (15)*, après une formation BPREA passée à Bonnefont (43), elle est aussi une spécialiste du comportement animal. À ce titre, elle anime des formations d’éthologie appliquée, autrement dit, d’éducation positive, basée sur la relation homme/animal (équidés, bovins, caprins…). Pourtant, au départ, rien ne destinait Pauline à ce métier.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1459, du 10 mai 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui