Le Réveil Lozère 30 octobre 2018 à 15h00 | Par Aurélie Pasquelin

Édouard Philippe en Lozère, on parle aussi d’agriculture

Le Premier ministre est venu, dans le cadre des commémorations sur la fin de la Première Guerre mondiale, la semaine dernière au Malzieu et à Mende. Conseiller en agriculture au sein du cabinet d’Édouard Philippe, Julien Turenne a pu rencontrer les institutions agricoles locales pour aborder avec eux les dossiers relatifs au département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© Aurélie Pasquelin)  © Aurélie Pasquielin

Prévue depuis plusieurs jours, la visite d'Édouard Philippe en Lozère a passionné les foules. Venu dans le cadre des commémorations pour la fin de la Première Guerre mondiale, le Premier ministre s'est rendu le matin au Malzieu-Ville, d'où était originaire Augustin Trébuchon, dernier poilu mort dans les tranchés. Après avoir rendu hommage aux combattants, Édouard Philippe est allé à Mende pour un repas à la préfecture suivi d'une visite de l'exposition sur le thème de la Grande Guerre installé à l'Antirouille et d'un discours au théâtre de Mende avant de retourner à la préfecture pour s'entretenir avec plusieurs maires du département. Un programme chargé pour le Premier ministre qui n'était pourtant pas venu seul. En effet, Franck Riester, ministre de la Culture, Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées et Julien Turenne, conseiller auprès du Premier ministre avaient eux aussi fait le déplacement jusqu'en Lozère. Ce dernier, spécialiste des questions agricoles a profité de son voyage pour s'entretenir avec les institutions agricoles locales.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1482, du 1er novembre 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui