Le Réveil Lozère 05 février 2020 à 12h00 | Par Marion Ghibaudo

« Écouter, comprendre, agir »

Ce lundi 3 février, lors d'une cérémonie protocolaire, la nouvelle préfète de Lozère Valérie Hatsch a pris ses fonctions en déposant une gerbe au pied du monument aux morts de Mende.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marion Ghibaudo

Venue de Nouvelle-Aquitaine, Valérie Hatsch remplace Christine Wils-Morel au poste de préfète de Lozère. Une nomination surprise dévoilée le 15 janvier à l'issue du Conseil des ministres, par le président Emmanuel Macron. La nouvelle préfète fait partie d'un contingent de treize préfets nommés sur le territoire national. Elle se dit « honorée d'être nommée dans ses nouvelles fonctions, dans ce département de la Lozère à la beauté grandiose ».
Lors de son discours d'introduction, la nouvelle préfète a dévoilé ses objectifs et priorités pour la Lozère : « protéger, sécuriser, participer au développement du territoire, conseiller, accompagner, rappeler parfois la règle, c'est le rôle de l'État local », a-t-elle souligné.
Elle a aussi assuré vouloir aller sur le terrain pour échanger avec tous les partenaires économiques de la Lozère, sans oublier « les agriculteurs, le deuxième secteur économique du département - 230 millions d'euros de CA - après le service aux personnes ».

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1543, du 6 février 2020, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Continuons de faire de l’agriculture de conservation, parce que c’est un bon modèle, et continuons à mettre du glyphosate tant qu’on n’a pas trouvé autre chose

a déclaré le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume. Il a indiqué que l’agriculture de conservation fera partie des usages autorisés pour le glyphosate après 2021, en l’absence d’alternatives.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui