Le Réveil Lozère 13 décembre 2012 à 14h51 | Par LE REVEIL LOZERE

Économie agricole - Une agriculture qui investit, mais des trésoreries fragiles

Roger Crueize, responsable du Crédit agricole du Languedoc en Lozère, revient sur le situation financière des exploitations du département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Roger Crueize, responsable du Crédit agricole du Languedoc en Lozère.
Roger Crueize, responsable du Crédit agricole du Languedoc en Lozère. - © Réveil Lozère

Pouvez-vous résumer dans quelle situation financière se trouvent les exploitations lozériennes en cette fin d’année 2012 ?

Roger Crueize : Cette année, le plus important était que les granges soient pleines et cela a été le cas. Cela a un impact psychologique fort. Sur un plan financier, la situation est plus contrastée. Au niveau des investissements, le contexte est très bon. Nous avons accompagné les agriculteurs sur des montants supérieurs aux années précédentes. La situation est plus difficile au niveau des trésoreries, qui sont toujours tendues. La crise de 2011 a été profonde. Certaines exploitations vont mettre deux ou trois ans avant de retrouver une situation normale. De plus, la rentabilité de l’exploitation est affectée par l’augmentation des charges.
Retrouvez l'intégralité de l'interview dans le Réveil Lozère n°1187 du 13 décembre, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.