Le Réveil Lozère 17 décembre 2014 à 08h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Échanges amiables agricoles

Les opérations d’échanges amiables d’immeubles ruraux permettent de regrouper des terres et d’améliorer leur exploitation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Gilles Ehrmann

L’émiettement et le morcellement des terres agricoles constituent des freins à leur exploitation et, depuis longtemps déjà, le législateur a cherché des remèdes à cette situation, notamment en encourageant les échanges de fonds ruraux en vue de les regrouper, pour permettre une exploitation plus rentable.

Les propriétaires peuvent prendre l’initiative d’effectuer des échanges et cessions amiables, alors même qu’aucun périmètre d’aménagement foncier n’a été arrêté par l’autorité administrative compétente (article L.124-4 du Code rural). Les opérations doivent néanmoins satisfaire à des conditions de fond et respecter certaines formalités pour pouvoir bénéficier d’un régime juridique de faveur. Deux conditions sont exigées : tous les biens échangés doivent être des immeubles ruraux et être localisés dans une zone déterminée. En principe, ils doivent tous être situés dans le même canton ou dans un canton et dans une commune limitrophe de celui-ci.

La suite dans le Réveil Lozère, page 5, édition du 18 décembre 2014

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Ce début octobre, le pastoralisme vit un grand moment à Ax-les-Thermes, en Ariège. La reconnaissance demandée des surfaces pastorales dans toutes les politiques publiques est un enjeu primordial pour ces territoires

A expliqué Christine Valentin, présidente de l’association des chambres d’agriculture du massif central (Sidam).