Le Réveil Lozère 26 février 2014 à 08h00 | Par Émilie Wood

Eau - Une nouvelle version de la charte devrait être signée fin mars

Sujet de crispation ces dernières semaines entre les syndicats agricoles et la DDT, le projet de charte sur l’eau est en phase d’étude. Guillaume Lambert, préfet de la Lozère, et René-Paul Lomi, directeur de la DDT souhaitent arriver à un accord et une signature d’ici à la fin du mois de mars.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Émilie Wood

L’eau en Lozère fait couler beaucoup d’encre ces jours-ci. Pourtant le sujet ne date pas d’hier, comme le rappelle Guillaume Lambert, préfet de la Lozère. « La loi sur l’eau existe depuis 2006. Le pays a pris conscience que l’eau devient rare et fragile et a besoin d’être protégée. Jusqu’aux années 90, 50 % des zones humides françaises ont été détruites. En Lozère, il n’y a pas de nappes phréatiques, l’eau des zones humides est donc vitale pour tout le département, pas uniquement les agriculteurs » rappelait-il lors d’une rencontre avec la presse jeudi 20 février. Pour le préfet, l’établissement d’une charte est une bonne chose, afin d’aider les agriculteurs à mieux comprendre comment appliquer la loi. « Il y a beaucoup de questions très techniques à traiter. C’est pourquoi il est important que des organismes spécialisés soient co-signataires de cette charte : le Copage, L’Astaf, le service Sagne. Par contre, je ne peux pas autoriser la signature d’une charte qui irait à l’encontre de la loi. »

René-Paul Lomi a rappelé que la charte apportée le 13 février dans les bureaux de la DDT était la troisième version d’un document sur lequel ses services travaillent depuis plusieurs mois. « Pour les deux premières versions, c’est l’administration qui a tenu le stylo. La deuxième version, qui date du 14 décembre 2013, a été jugée trop complexe par les agriculteurs. La troisième version, que nous avons découverte le 11 février, a été écrite par les agriculteurs. C’est une réponse à la dernière charte. Elle est somme toute plutôt réussie bien qu’il y ait encore quelques points à retravailler. »

Des points qu’il souhaite revoir avec l’agence de l’eau afin de s’assurer « que certains agriculteurs ne se mettent pas sous le coup de la loi. »

À lire dans le Réveil Lozère n°1248 du 27 février 2014, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Nous nous engageons à créer une offre différenciée, adaptée à la création de valeur ajoutée pour nos adhérents, dans une démarche qualité affichée et accessible.

Julien Marre, président national du service de remplacement

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui