Le Réveil Lozère 20 décembre 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

Du foie gras lozérien sur la table

Installés sur le causse Méjean, à Carnac, Monique et Alain Vergély élèvent des canards gras pour le plus grand bonheur des gourmands lozériens qui peuvent déguster leurs foies gras.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En moyenne, chaque année, Monique et Alain Vergély de la ferme du Caïrou de Carnac, sur la commune de Mas-Saint-Chély, élèvent 12 000 canards.
En moyenne, chaque année, Monique et Alain Vergély de la ferme du Caïrou de Carnac, sur la commune de Mas-Saint-Chély, élèvent 12 000 canards. - © Aurélie Pasquelin

Cela fait maintenant trente ans que Monique et Alain Vergély régalent petits et grands avec leurs spécialités à base de canards. Parmi elles : le foie gras, incontournable de cette fin d'année. « J'ai de la famille en Dordogne, explique Monique Vergély. C'est là que nous avons découvert le milieu de l'élevage de canards gras. Comme cela nous plaisait, nous avons décidé d'implanter cet élevage sur l'exploitation familiale d'Alain. » Un choix qui porte ses fruits puisqu'en 2002 le couple se sépare même de l'exploitation familiale pour se consacrer uniquement à l'élevage de ses canards.

Gavés à partir de 14 et 17 semaines
« Nous recevons les canetons à un jour par lot de 200 », explique l'agricultrice. Ils sont alors placés en poussinière et y restent jusqu'à ce qu'ils soient âgés d'un mois environ.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1439, du 21 décembre 2017, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.