Le Réveil Lozère 07 août 2018 à 15h00 | Par MCE

Droits et obligations de l’usufruitier

Le détenteur de l’usufruit portant sur un bien immobilier (terres ou bâtiment) dispose d’un droit à agir encadré par le Code civil et les conventions des parties.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Costie Pruilh

L’usufruitier dispose du droit d’utiliser le bien. Il peut, selon son choix, habiter personnellement le bien grevé d’usufruit ou encore le louer et décider de percevoir les fruits de cette location. Dans certains cas tout de même, la mise en location du bien suppose le consentement également du ou des nus-propriétaires. Ainsi, l’article 595 du Code civil exige pour la validité des baux ruraux, ou des baux sur un fonds commercial, industriel ou artisanal, un double consentement entre usufruitier et nu propriétaire. Pour tous les autres actes accomplis par l’usufruitier, il est exigé de ce dernier qu’il conserve l’immeuble dans son état d’origine et qu’il en fasse un usage conforme à sa destination. L’usufruitier doit également assumer l’ensemble des réparations courantes et de menu entretien sur le bien (article 605 du Code civil.) À défaut, le nu-propriétaire peut obtenir sa condamnation à réaliser les travaux, ou les faire réaliser à son initiative en demandant le remboursement à l’usufruitier.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1472, du 9 août 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il est encore un peu tôt pour dresser le bilan définitif d’une loi qui va connaître dans les jours qui viennent une nouvelle lecture au Sénat, et dont plusieurs ordonnances sont encore à dévoiler, particulièrement celle qui concernera les prix abusivement bas.

commentent la FNSEA et les JA dans un communiqué commun le 17 septembre, après la fin de la seconde lecture à l’Assemblée nationale du projet de loi Agriculture et alimentation le 14 septembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui