Le Réveil Lozère 13 juin 2018 à 10h00 | Par Valérie Godement

Donner au lieu de jeter

La nouvelle plateforme digitale « Jette pas partage » a pour ambition de lutter contre le gaspillage en favorisant la redistribution.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Chaque année, la France gaspille près de 10 millions de tonnes de produits alimentaires, soit 317 kg par seconde ! Sur ces 10 millions de tonnes, plus de 1,2 concerne de la nourriture encore consommable, soit près de 20 kg par Français et par an. Pour venir à bout de ce gâchis, deux frères, Éric et Xavier Colas, respectivement manager en système d’information et avocat, qui ont été bénévoles au sein de différentes associations caritatives, ont conçu « Jette pas partage ». L’idée est de redistribuer des produits alimentaires et des produits d’hygiène via une plateforme digitale gratuite comprenant un site (www.jettepaspartage.fr) et une application à venir. Elle assure la redistribution de produits au sein d’une communauté de proximité constituée de donneurs particuliers ou professionnels, d’associations partenaires, d’experts et de livreurs bénévoles. Pour ce faire, elle met gratuitement en relation des particuliers, des entreprises et des associations dans l’objectif d’organiser le don et la collecte de produits dont la date d’expiration approche et qui ne seront pas utilisés.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1464, du 14 juin 2018, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.