Le Réveil Lozère 27 février 2018 à 16h00 | Par Marie-Pascale Vincent

Diversifier les productions et créer du lien

Seize agriculteurs sont réunis au sein d'une association Farine du Méjean dans une dynamique qui bénéficie à l'ensemble du causse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Civam

« L'an dernier, nous étions huit agriculteurs en production, cette année nous serons douze, puis quinze en 2019. Le but est d'arriver à vingt et que chacun cultive environ un hectare, lance, enthousiaste, Éric Moreau, président de la Farine du Méjean, l'association qui rassemble les agriculteurs, producteurs de céréales panifiables. Avec quatre boulangers associés à notre démarche dans les Gorges, à Meyrueis et Florac et qui travaillent ensemble pour élaborer des recettes, la vente de farine en sachets, les débouchés sont assurés pour 80 tonnes de blé. Il faut payer le travail bien sûr, ce projet sert avant tout à créer du lien. »

L'amendement organique, essentiel
Comme tous les producteurs engagés dans la démarche, Éric Moreau est éleveur ovin. « On fait tous pousser des céréales pour nos bêtes. Le principe est le même pour les variétés panifiables et l'amendement organique apporté par le troupeau est essentiel. » Avec quatre cents brebis viande, Éric Moreau a toujours travaillé en bio. Il se passionne depuis longtemps pour la culture des céréales anciennes et a déniché des semences qu'il a reproduites sur son exploitation pour approvisionner le groupe. « Grand et petit épeautre, seigle, sarrasin, rouge de bordeaux, touzelle, etc., on a fondé un GIEE qui nous donne le droit d'échanger les semences. Pour 2018, les agriculteurs en production se partagent entre bio et conventionnel.

 

 

Suite de l'article à lire dans Réveil Lozère n°1449, du 1er mars 2018, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.