Le Réveil Lozère 22 décembre 2015 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Différer l’achat du foncier, c’est désormais possible

Face aux difficultés rencontrées par beaucoup de jeunes lors de l’achat de foncier, les Jeunes agriculteurs du Massif central ont imaginé avec le Crédit agricole et les Safer du Massif central un nouvel outil permettant de différer l’achat de foncier. Mode d’emploi.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

Entre un tiers et un quart des frais engagés lors d’une installation agricole. C’est le poids que pèse actuellement, en moyenne, l’achat de foncier. Un volume considérable qui est parfois suffisamment pesant pour dissuader certains porteurs de projet. « L’accès au foncier des porteurs de projets est une réelle problématique dont nous avons souhaité nous emparer pour trouver des solutions. Nous savons très bien que cette question est centrale pour assurer le renouvellement des générations en agriculture », explique Didier Massol, président d’Installer en Massif central. Les responsables du réseau Jeunes agriculteurs du Massif central ont ainsi travaillé avec les Safer du Massif central, en partenariat avec le Crédit agricole, à l’élaboration d’un dispositif capable d’alléger le volume d’investissement de départ pour les porteurs de projets. C’est ainsi qu’est né l’outil permettant de différer l’achat de foncier. Un outil qui comprend certaines nuances selon les régions, de manière à s’adapter aux volontés locales.

La suite dans le Réveil Lozère, page 5, édition du 24 décembre 2015, numéro 1339.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On nous demande beaucoup d’efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l’environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d’importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu’on nous impose.

expliquait Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA, quelques heures avant le début du blocage des raffineries et dépôts de carburants.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui